finally-thumbs-down-things-you-dislike-facebook.1280x600Certains d’entre vous ont peut être remarqué la disparition de l’icône « Partager sur Facebook » lorsque vous ouvrez un rapport sur 1voz.org et nous voudrions vous en expliquer la raison.

Avoir la possibilité de partager rapidement sur Facebook peut avoir un certain mérite pour aider les rapports postés sur VOZ à atteindre de nouveaux publics, mais les recherches sur la manière dont Facebook capture les données des utilisateurs nous a conduit à retirer cette fonctionnalité. Il a été signalé que Facebook traque les ordinateurs des utilisateurs sans leur consentement, qu’ils soient connectés à Facebook ou pas, et même s’ils ne sont pas enregistré comme utilisateur du site ou explicitement exclus en Europe.

Le problème concerne l’usage que fait Facebook de ses boutons sociaux, comme la mention « J’aime », qui a été placée sur plus de 13 millions de sites, incluant les sites du gouvernement ou de la santé. Facebook collecte les données de toutes les personnes qui visitent un site portant ces boutons de partage, même de celles qui ne cliquent pas sur ces liens et celles dans les pays où ce type de collecte de données est illégal.

Cela signifie que rien qu’en offrant l’option de partage sur Facebook sur 1voz.org, il y la possibilité que Facebook récupère les données des personnes visitant le site, et nous considérons que ceci mine le travail que nous faisons.

Nous avons pris la décision de retirer pour le moment tous les boutons de partage de Facebook sur lvoz.org afin de pouvoir continuer à protéger nos cartographes et nos lecteurs. Nous examinerons régulièrement la situation et surveillerons avec attention la manière dont ceci peut affecter la fréquence de lecture des rapports postés. Nous suivrons aussi les éventuels changements de politique de Facebook.

Il est toujours possible de se connecter à VOZ depuis Facebook, et bien sûr vous pouvez toujours partager rapidement et directement depuis Twitter. A l’avenir, nous souhaitons aussi ajouter le partage des rapports par mail.

Nous espérons que vous êtes d’accord avec les actions que nous menons et les décisions prises, et sommes ouverts aux commentaires et aux discussions sur le sujet.